Beautiful sea landscape

Taï Ji Quan

Ici, nous abordons le style « CHEN » du Taï Ji Quan. C’est un art Martial très ancien devenu maintenant un art de la détente, de la souplesse et de l’équilibre.

Il se pratique tout en douceur,  en continuité, comme une danse, en harmonie avec la respiration.

Les élèves évoluent comme entourés d’ennemis invisibles, en changeant constamment de direction pour leur faire face.

L’énergie circule librement dans le corps.  On peut dire avec une profonde paix intérieure.

 

Les fondamentaux

« S’agissant de l’enseignement du maître Wang Xi’an prodigué dans notre pays, celui-ci a eu le souci de mettre en priorité l’aspect du « yangsheng » (nourrir le principe vital) au premier plan, il s’agit de renforcer la santé, l’énergie. Cependant il garde une certaine exigence à ce que l’aspect martial ne soit pas occulté de la pratique et que celui-ci reste placé sous « vigilance » malgré cette impression de relâchement et de déploiement visible au travers de la fluidité et de la souplesse des gestes.

Pour tenter d’approcher l’excellence dans cette pratique, la grande exigence de notre mentor reste depuis toujours celle de développer cette notion de « relâchement » de détente mentale et physique à son plus haut point. Le premier quidam n’a pas idée de la difficulté et du temps nécessaire pour s’approcher de ce challenge !

Grâce à une amélioration dans le domaine de la détente et de la maîtrise du souffle, les mouvements fluides peuvent et doivent être capables de changer de rythme avec des tempos variés et différents. Le pratiquant peut alors exprimer l’énergie explosive (les fajing) comme mettre en valeur la lenteur pour mieux développer l’énergie spiralée (chan si jing) avec ses propres variations de vitesses, ce qui en fait une pratique très vivante, mais très exigeante. »(site IRAP)